Comment choisir ses fixations de snowboard ?

Après la planche et les boots, les fixations de snowboard influencent aussi les performances du rider. Elles favorisent la stabilité, permettent de mieux contrôler la trajectoire et garantissent un confort optimal durant une séance. Bien choisir une paire adaptée est alors important.

Fixations de snowboard : les règles de base

On choisit une fixation en fonction de la planche, cette compatibilité permettra de mieux exploiter les potentialités du board. Pour simplifier, on utilise une fixation molle sur une planche molle et un fix rigide sur un board rigide.

Le niveau du rider influence aussi le choix. Lorsqu’on débute, il faut privilégier la souplesse. Certes la réactivité sera moindre et l’efficacité diminuera quand on glisse à vive allure, mais une fix souple permet de progresser à son propre rythme. Elle offre également un avantage essentiel, le rider ressentira moins les effets de la fatigue, les séances dureront ainsi plus longtemps. Par contre, les snowboarders confirmés préfèrent les fixations rigides. Elles réagissent au quart de tour et répondent rapidement aux diverses sollicitations.

Enfin, chaque discipline requiert une fixation spécifique. Une fix souple stimule la créativité lors d’un freestyle, le snowboarder bénéficiera d’une plus grande liberté dans ses mouvements. Quand l’objectif consiste à atteindre le maximum de vitesse possible sur une piste damée, une fix rigide est plus appropriée. Cette caractéristique est aussi utile en mode freeride.

Fixation à plaques en coque ou flow, faisons le point

Simple et facile à serrer, une fixation à plaques offre un gain de temps précieux. On cale les chaussures sur l’attache arrière, on pose le pied correctement et on rabat le dispositif. Ce modèle se distingue par sa réactivité et sa rigidité, il convient surtout aux experts.

L’utilisation d’une fixation en coque s’est généralisée ces derniers temps. Passe-partout, elle est adaptée à toutes les disciplines et il est possible de modifier le réglage en fonction de son niveau. Deux éléments facilitent cet ajustement : le spoiler et les sangles. Le premier influence l’inclinaison tandis que le second assure la stabilité.

Le système flow est reconnu pour sa rapidité. On abaisse le spoiler et le pied entre dans la fixation par l’arrière. Ensuite, il suffit de verrouiller et la séance peut commencer. Certains se permettent même de fixer leur pied arrière en cours de route. Une autre approche brille également par la vitesse de mise en place, l’entrée est latérale et on referme les straps simultanément.

Essayer avant de glisser

La taille de la fixation est primordiale. Les fabricants fournissent une indication en fonction des pointures. Par exemple, les modèles L conviennent aux chaussures de taille 41 à 48. Toutefois, il faut enfiler ses boots et effectuer un essai pour déterminer si la fixation est bonne ou non.